Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 février 2012 6 11 /02 /février /2012 17:57

DSCF2037.JPG

Pemières représentations au théâtre Jean-Bart à Saint-Nazaire

 

 Notre cycle de représentation de "La vie de Galilée" de Bertolt Brecht touche à sa fin. A moins d'une possible représentation sous le ciel étoilé de Peillac, nous allons remiser décors, costumes, accessoires… C'est la fin d'une aventure qui aura commencé il y a trois ans et mobilisé plus de quarante personnes.

 

DSC00434-copie.jpgNous aurons joué douze fois, devant près de 2500 spectateurs, de Saint-Nazaire à Guérande, en passant par La Chapelle-des-Marais, Nantes et Chateaubriant. En plus de "l'équipe Galilée", ce sont plus de trente associations qui ont collaboré avec nous dans ces différentes villes. Car jamais il n'a été question de représenter uniquement une pièce, mais toujours d'accompagner celle-ci par des débats, des conférences, des animations en tous lieux, afin de mieux cerner son contenu. Merci aussi aux nombreux universitaires et scientifiques qui se sont déplacés, parfois de loin, pour mettre leurs connaissances au service du public.

 

De la sueur, des larmes parfois, mais surtout de merveilleux souvenirs.  Outre le plaisir du jeu théâtral - nous étions vingt cinq sur les planches dont une dizaine pour la première fois - nous avons fait des rencontres étonnantes et émouvantes. Le visage radieux de nos menuisiers, soudeurs, peintres du Secours Populaire, de nos couturières et régisseurs-accessoiristes, qui découvraient dans la lumière de la scène le résultat de leur travail.

 

DSCF2021A.jpgDSCF1880.JPGDSCF1814.JPG

 

Le sourire des bénéficiaires du restaurant social ou du Secours Populaire qui s'étaient mis sur leur trente-et-un pour "aller au théâtre". Le regard amusé puis attentif des badauds au musée des Beaux-arts de Nantes qui ont suivi nos "balades" à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine. Les questions et observations - parfaitement pertinentes - qui fusent dans la bouche des élèves de tel ou tel lycée. Les débats qui se prolongent au Fanal, à l'Université Permanente, au Parvis, dans une bibliothèque, une maison de quartier, dans un couloir du Secours Populaire de Nantes, au coin d'une table du restaurant social… Sans oublier l'attention et le respect des équipes de techniciens qui nous ont accueillis dans les différentes salles de représentation.

 

Et surtout ce public bigarré, aux couleurs multiples, reflet de toutes ces rencontres. Une attention soutenue malgré la longueur du spectacle. Des moments de silence profond, bien plus bouleversants qu'une salve d'applaudissements.


DSC00449-copie.jpg

 

Citer des noms ? A quoi bon, ils sont si nombreux, et nous ne voudrions pas courir le risque d'en oublier un seul. Chacun se reconnaitra. C'est sans fausse honte que nous faisons notre, cette phrase de Peter Brook :

 

"Lorsque les émotions et le sujet d'un spectacle sont liés au désir du public de voir plus clair en lui-même, c'est alors que l'esprit s'enflamme" (L'espace vide).

 

Alors, merci encore une fois à vous tous. Et surtout, merci à toi, camarade Bertolt, de nous avoir donné un texte si riche, si surprenant. Nous sommes heureux d'avoir essayé de prolonger ton souffle.

 

Nous allons maintenant nous attaquer à un nouveau thème de travail : "Etrange étranger…", en compagnie d'auteurs comme Arthur Miller ("Vu du pont") et Laurent Gaudé ("Eldorado"), et de tout ce que vous, vous voudrez bien nous apporter.

 

A bientôt,

Fernand Jourdain, président de L'Astrolabe 44

Pierre Reipert, mise en scène

 

DSC00602-copie.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

  • : Le blog de L'Astrolabe 44
  • Le blog de L'Astrolabe 44
  • : Savoirs et savoir - Cultures et cultures
  • Contact

  • lastrolabe44
  • Faire du théâtre est une activité à hauts risques, amateur ou professionnel. On peut le pratiquer comme un divertissement, ce n'est pas un crime. Pour nous, c'est vouloir exprimer quelque chose, échanger, être dans le monde.
  • Faire du théâtre est une activité à hauts risques, amateur ou professionnel. On peut le pratiquer comme un divertissement, ce n'est pas un crime. Pour nous, c'est vouloir exprimer quelque chose, échanger, être dans le monde.

L'Astrolabe 44

Recherche

Archives