Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 23:53

COMPTE RENDU DE LA REUNION

DU 26 SEPTEMBRE 2012


Prochaine rencontre : 18 octobre prochain, à 20 heures, école Gambetta, Saint-Nazaire (44)

 

Les association possédant un site web ou un blog sont citées dans la rubrique "Liens"


17 personnes représentant 10 associations sont présentes. La liste des participants est annexée à ce compte-rendu.

La réunion débute à 20h10.

 

Fernand JOURDAIN, président de l’association L’ASTROLABE 44 accueille l’assemblée. Il présente l’association, puis le projet « étrange, étranger, étrangeté », ainsi que les deux œuvres sur lesquelles l’association travaille : « Vu du pont » d’Arthur MILLER et « Eldorado » de Laurent GAUDE.

 

Chacun des participants se présente et explique succinctement les motifs de leur venue :

 

Marie-Laure et Gilles de l’association : « Des sources et des livres » à ASSERAC font part de l'intérêt de leur association pour toute forme de débat

 

Robert, association « à Cœur Joie ». Un stage intitulé « thalasso-chant choral » est organisé tous les ans à Pornichet. Cette année,  ils ont adopté le thème directeur est « étrange, étranger». Le stage se déroulera du 14 au 20 avril 2013. Le 20 avril, dernier jour de stage il y aura deux productions de musique et de chant choral d’une durée d’environ 20 mn. Par ailleurs R. LELEU est membre actif du centre ESPERANTO.

 

Jean-Pierre et Georges de l'association FRANC'ITALIA sont très motivés par ce thème surtout depuis septembre 2011.

 

Marcelle pour le comité nazairien du  SPF évoque la possibilité de s'inclure dans ce programme à travers le travail accompli actuellement par l'Atelier Théâtre du SPF autour de la pièce de N. Akoun, "Une histoire de clé", qui évoque la manière dont une mère peut vivre l'exclusion…. Et les folies auxquelles cela peut mener.

 

Jean-Claude Rabreau, après s'être excusé de son absence, rappelle que le Bureau du Centre de Culture Populaire s'associe au collectif et intègrera ce thème dans le cadre des manifestations prévues pour le 50ème anniversaire du CCP.

 

Catherine et Augustin du MRAP. Ce thème les interpelle particulièrement. De plus, le MRAP est partie prenante de la semaine de l’éducation, dont l’intitulé est « d’ici ou d’ailleurs ». Ils souhaitent proposer plus particulièrement "étrange, étranger, étrangeté"

 

Jean-Michel, photographe professionnel. Suite à la photo de groupe de FRANCITALIA, il a décidé de reprendre les personnes individuellement afin de faire des portraits qui illustreront le travail accompli. La photo en dehors de son métier est pour lui une forme d’expression.

 

Christian président et chef de choeur de « Voix Voconces », chorale qui intervient dans le stage « thalasso-chant choral » a très envie d’exploiter ce thème « étrange, étranger, étrangeté ». Il a d’ailleurs déjà quelques idées de chants.

 

Nathalie, secrétaire de la LDH -  ligue des droits de l’homme -  de Saint-Nazaire. Ils sont tous très intéressés par une intervention dans ce projet, mais ne savent pas sous quelle forme. Peut-être, cela pourrait-il s’inscrire dans le «  concours des écrits pour la fraternité », proposé aux collégiens, aux jeunes des maisons de quartiers, aux IME. Cette année, le thème de ce concours est : « un toit pour toi, un toit pour nous, un toit pour eux ».

 

Puis ce sont les membres d’ASTROLABE 44 qui se présentent : Béatrice SOURISSE, comédienne jouant dans Eldorado, Marcelle RIALLAND, trésorière, Henri-René DARDANT, comédien jouant le rôle principal de Vu du Pont, Danièle BLEUZEN , secrétaire et comédienne jouant dans Vu du Pont et Alain BRICE comédien jouant également dans Vu du Pont.


Alain BRICE est à l’origine du mot étrangeté rajouté au titre du projet. Enseignant de psychologie à l'université de Nantes, psychothérapeute et psychanalyste, il côtoie quotidiennement le sentiment d’étrangeté intérieure exprimé par ses patients. Cette étrangeté on la retrouve dans Vu du Pont, dans le personnage principal : Eddie. Cet homme vivant à New York, est étranger non seulement par ses origines italiennes, mais par le sentiment trouble qui nait en lui, qui l’habite et qui soudain se révèle à lui : « une passion qui s’était installée dans son corps comme une bête qui l’aurait tourmenté sans répit ».  (voir texte joint).

 

Pour Pierre REIPERT, comédien et metteur en scène, le théâtre est est toujours une représentation de la vie, de notre monde, de sa complexité, de sa beauté ou de son horreur. Pour lui, la représentation théâtrale doit être associée à la notion de débat. La pièce « La vie de Galilée » avait été une expérience qui a permis de réunir des gens qui a priori ne sont pas faits pour se rencontrer. Pierre souhaiterait renouveler cette expérience, afin de permettre de réunir des personnes d’origines, d'âges et de milieux différents. Bref, créer des rencontres improbables.

 

Fernand  insiste sur le fait qu’il est important d’apprendre à se connaître. Cependant, le but n’est pas de se mettre d’accord, ni d’avoir un but politique. Il s’agit avant tout de se reconnaître dans la diversité, chacun apportant sa pierre en déclinant ce thème. Par rapport au projet « Etrange, étranger, étrangeté », le but est de créer un peu plus d’humanité. « C’est dans cet esprit d’ouverture que l’on vous accueille. L’ASTROLABE a ses propres chantiers (vu du pont et eldorado), les membres de l’association ne pourront faire plus. Nous souhaitons que chacun apporte son concours, ses œuvres » nous dit Fernand. Nous assurons l’organisation afin de se retrouver pour en discuter.

 

Pierre souligne que ce thème est repris cette année dans beaucoup d’endroits par divers organismes : la salle Vasse à Nantes exploitera au premier trimestre 2013 ce thème sous l’intitulé « regards sur l’autre » ; la mairie de Saint-Nazaire soutient notre projet, d’un point de vue moral mais aussi financier, de même que le conseil général.

 

Jean-Pierre BOZOLO demande comment procéder, sous quelle forme d’expression, est-ce qu’un sketch pourrait faire l’affaire ?

 

Georges LECLAIR précise que l’année 2011 fut importante pour FRANCITALIA, avec « Galilée »mais aussi les 150 ans de la réunification italienne, il y a eu beaucoup d’échanges. Le CA soutient la démarche et la participation au projet d’ASTROLABE.

 

Fernand : Pour ce soir le but est de se rencontrer et non de formaliser la contribution de chacun.

 

Pour Pierre, la participation de FRANCITALIA, pourrait se dérouler sous l’aspect inter-générationnel en parlant de la 2ème, 3ème, 4ème génération  (aspects que le MRAP et la LDH pourraient reprendre dans leurs intervention auprès de la jeunesse et des scolaires).  Il pense également pouvoir toucher les maisons de quartier par ce côté. Par ailleurs, il précise que des comédiens d’ASTROLABE pourront contribuer à un travail de lecture ou musique avec des membres des associations présentes.

 

Catherine du MRAP y voit l’opportunité de pouvoir faire lire des témoignages recueillis auprès d’hommes du Maghreb.

Selon George : la maison de quartier Avalix prévoit une animation en novembre :  30 jours autour du monde, cette année ils ont choisi Venise. Pour l’occasion, FRANCITALIA remet une exposition au goût du jour avec des témoignages d’italiens.

 

Pierre demande à Robert LELEU et Christian BEAUCHAMPS s’il est possible d’envisager un travail supplémentaire en dehors de la période de stage thalasso-chant choral. Pour Christian BEAUCHAMPS pense que ce qui est prévu à Pornichet pourrait être exporté. Pour Robert LELEU, cela parait difficile car les productions ne durent que 20 à 25 mn. Par contre, les « voix voconces » participant à ce projet, pourraient le reprendre et l’exporter.

 

Christian BEAUCHAMPS, confirme que la partie concert-lecture peut être reproduite.

 

Fernand y voit l’opportunité d’une production à la chapelle des Franciscains à Saint-Nazaire, suivie d’un débat, par exemple.

 

Pierre demande aux associations présentes s’il leur est possible de confirmer leur participation dans les activités qui se retrouvent sous ce label et qui sont solidaires les unes des autres.

 

Marie Laure d’ASSERAC  organise des soirées à thème tout au long de l’année, certaines pourraient revêtir cet intitulé. De plus, il y aura deux soirées sur la psychanalyse, il serait souhaitable qu’Alain BRICE puisse y participer.

 

Augustin apprécie de disposer d’une période au cours de laquelle nous unissons nos forces dans le cadre d’une pratique collective. Il souligne l’importance de la semaine de l’éducation. Il nous fait part de ses contacts avec l’association « Alandalouz », constituée de jeunes immigrants d’Afrique du nord. Cette association a un vrai savoir-faire sur l’organisation d’une soirée débat, de plus, ils possèdent du matériel mobile adaptable à tout lieu.

 

Fernand revient sur le sujet des subventions. Il rappelle les contacts pris avec le Conseil Régional, qui ne subventionne a priori que les professionnels, pas les troupes de théâtre amateur. Par contre, ils restent ouverts à notre projet car leur thème de l’année se trouve être la discrimination.

 

Marie Laure revient sur le titre de notre projet. Le fait qu’il ait évolué et que nous ayons rajouté « étrangeté », est pour elle un atout.

 

Pierre parle de l’évolution de ce titre, surtout due à l’étude de la pièce Vu du Pont, mais cette étrangeté a également été retrouvée dans Eldorado. Il rajoute qu’en chacun de nous il y a des réflexes racistes inévitables. Fernand : « nous avons besoin de nous distinguer pour être différents, pour exister. Christian : si l’on prend la racine latine du mot étranger : extraneus , c’est-à-dire, né ailleurs, on se rend vite compte que nous sommes tous des étrangers.

Fernand : oui et c’est certainement pour cela que nous avons besoin de quelqu’un qui nous ressemble.

 

Augustin : Est-il envisageable de reprendre le titre « étrange, étranger, étrangeté » pour la semaine de l’éducation ? - Réponse  : OUI, avec le logo qui le représentera.Pierre : oui mais il faudrait créer un logo qui serait utilisé par l’ASTROLABE et par le collectif. Il propose de se renseigner auprès de l’imprimerie de SNASSO.

 

Fernand : concrètement, nous serons en mesure de proposer un ou deux modèles lors de notre prochaine réunion. Puis Fernand sollicite l’assemblée. En effet, dans le projet d’Eldorado, il imagine à un moment où l’auteur décrit une tempête, deux chœurs, un chœur d’hommes et un chœur de femmes. Son idée serait de rendre la force de la tempête par les mots du texte, comme un roulement de fond qui pourrait charrier toute forme d’expression de racisme. Il pense que des témoignages  de vécus difficiles, ou mal vécus, pourraient venir nourrir le livre de Gaudé. Augustin affirme qu’il connait une dizaine de personnes qui accepteraient de participer. Fernand lui propose que ces personnes viennent se présenter et vivre le partage avec les comédiens d’Eldorado lors d’une séance de travail.

 

Pierre précise que sur le plan matériel, et sécurité, il n’y a pas de souci puisque le bail nous autorise l’utilisation de la salle Gambetta pour tout travail sur « Etrange, étranger, étrangeté »

 

Fernand : il était important d’échanger et il faudra concrétiser les choses rapidement lors d’une prochaine rencontre. Cependant entre temps, les choses vont mûrir. Par ailleurs, il aborde le sujet de la fondation SNCF auprès de laquelle notre projet serait éligible grâce à l’appui de la SNASSO et de son directeur José HOAREAU. Danièle fait une brève présentation de la fondation et des critères retenus pour l’appel à projet. Pierre, précise que la fondation SNCF soutient les associations"pilote"; c’est donc L’ASTROLABE qui présente le projet et qui recevra les éventuelles subventions. En effet, juridiquement, le collectif n’existe pas, mais la fondation SNCF veut encourager les projets inter-associatifs.

Catherine précise que le MRAP pourra également obtenir une subvention.

 

Fernand explique que le volet inter-générationnel demandé par la fondation SNCF, existera dans un partenanriat avec le lycée Livet de Nantes. Un travail est déjà élaboré par deux professeur de français avec pour but de présenter "Eldorado" de L. Gaudé à l’épreuve de  français du baccalauréat. Nous serions alors sollicités pour présenter certaines partie de l'œuvre, débattre avec les deux classes concernées, plus particulièrement sous l'angle des formes d'adaptation à la scène.

 

Pierre précise que le collectif une fois créé, aura du travail. Effectivement, si L’ASTROLABE est le moteur, ses membres ne pourront pas tout assurer, il y aura donc nécessité d’un travail collectif et partagé.

 

Fernand se dit ravi de constater que les participants à la rencontre de ce soir sont motivés, et que chacun « sente » ce qu’il peut faire. Il est beau de constater qu’il y a émergence de projets. Il est donc important de pouvoir concrétiser tout cela, de fixer les choses lors d’une prochaine rencontre. D’un commun accord celle-ci est fixée au 18 octobre prochain à 20 heures. Même lieu.

 

Un compte-rendu de cette réunion sera adressé à chacun des membres présents ce soir, et sera également mis sur le blog d’ASTROLABE 44

 

Emargement

Excusé : Jean-Claude Rabreau (Centre de Culture Populaire)

Nom, prénom

Association

Nom, prénom

Association

Christian Beauchamps

Voix Voconces (La Baule)

Robert Leleu

A Cœur Joie (S.N.)

Marie-Laure et Gilles Herledan

Des Sources et des livres (Asserac)

Marcelle Rialland

SPF et Astrolabe

Nathalie Cyron

LDH

Henri René Dardant, Béatrice Sourisse, Danièle Bleuzen

Astrolabe

Jean-Pierre Bozzolo et George Leclair

Franc'Italia

Jean- Michel Régent

Photographe

Catherine Le Mauff et Augustin Grosdoy

MRAP

Alain Brice

Astrolabe et psychanalyste

Fernand Jourdain

Astrolabe (président)

Pierre Reipert

Astrolabe et SPF

Partager cet article

Repost 0

commentaires

  • : Le blog de L'Astrolabe 44
  • Le blog de L'Astrolabe 44
  • : Savoirs et savoir - Cultures et cultures
  • Contact

  • lastrolabe44
  • Faire du théâtre est une activité à hauts risques, amateur ou professionnel. On peut le pratiquer comme un divertissement, ce n'est pas un crime. Pour nous, c'est vouloir exprimer quelque chose, échanger, être dans le monde.
  • Faire du théâtre est une activité à hauts risques, amateur ou professionnel. On peut le pratiquer comme un divertissement, ce n'est pas un crime. Pour nous, c'est vouloir exprimer quelque chose, échanger, être dans le monde.

L'Astrolabe 44

Recherche

Archives